En mer, après confinement

La sortie en kayak d’hier a été vraiment exceptionnelle ; non seulement c’était la première sortie de 2020, mais c’était aussi le premier petit pas vers le retour « à la normale ».

La saison a déjà commencé et, normalement, à cette époque les pagaies brassent abondamment la surface d’eau ; au cours des années passées, nous commencions les entraînements au mois de mars et en avril, nous faisions déjà des sorties de deux ou plusieurs jours. Cependant, l’année 2020 n’est pas une année ordinaire ; le monde entier a dû s’arrêter à cause du confinement ordonné pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

L’Italie a été l’un des pays européens ayant les conditions de confinement les plus strictes : si cela n’était pas absolument nécessaire, les gens ne pouvaient pas quitter leur domicile pendant plus de deux mois ; cette interdiction a également touché le sport et, de ce fait, diverses activités n’ont pas pu être pratiquées hormis le footing à proximité du domicile. Ce n’est qu’à partir des dernières semaines que les mesurent ont commencé à s’assouplir et que les gens peuvent enfin aller à la mer, même si ce n’est que dans le cadre des limites d’une région et sous condition de respecter la distanciation de sécurité. C’est pour cette raison que nous avons décidé de rester à proximité de notre domicile et de profiter des beautés de la mer Lugurienne en partant de Gênes à Camogli (l’un des beaux villages de pêcheurs près de Portofino).

Le matin, la météo n’était pas très clémente et selon les prévisions, cela ne devait pas trop changer dans la journée.
Heureusement, le temps commençait à s’améliorer en s’avançant vers Portofino...
... mais après une courte pause à Recco...
... le soleil s’est enfin montré...
...et a ensoleillé le très beau village de Camogli...
Ce jour-là, nous avons enfin eu la possibilité d’essayer pour la première fois le gouvernail et le cockpit.
Le renforcement solide du cockpit procure au kayak une meilleure stabilité et améliore ses performances. La couverture vous tiendra au sec même si vous vous baladez sur l’eau en hiver ou pendant les jours venteux. Son seul désavantage est qu’il réduit la capacité pour les bagages et il est également plus difficile de remonter dans le kayak depuis l’eau après la nage.
Le gouvernail est un bon accessoire pour de longues sorties où les courants latéraux poussent sur la pagaie et rend la conduite très difficile. Par contre, il n’est pas évident d’apprécier son efficacité sur une mer calme et lors d’une journée sans vent comme c’était le cas par exemple hier.

Pendant la navigation, nous avons repris la procédure qui se montrait très utile pour assurer un dîner exquis pendant un voyage de plusieurs jours : la pêche. Le kayak est un excellent moyen pour la pêche grâce à sa vitesse moyenne et l’absence totale de bruits qui feraient fuir les poissons. Lorsque vous rajoutez une simple technique de pêche à la ligne à main à leurre artificiel, vous aurez certainement de bons résultats.

Nous avons pu finir la journée par un excellent dîner sous forme d’un poisson fraîchement pêché.

Maintenant, lorsque les activités sportives sont à nouveau autorisées, nous espérons que le kayak attirera plus d’attention et vous aurez la possibilité de connaître les magnifiques côtes italiennes d’une manière tout à fait sûre et écologique.